Subscribe via e-mail
 
RSS
 

Share link
 

PhosAgro CEO Andrey Guryev Takes Part in Meeting of World Chemistry Leaders in Paris

11.07.2019
Paris – PhosAgro CEO and head of the Russian Fertilizer Producers Association Andrey Guryev took part in a meeting of world chemistry leaders organised on the sidelines of the 47th World Chemistry Congress hosted by the International Union of Pure and Applied Chemistry (IUPAC).

In addition to Guryev, the heads of other industry leaders also attended the plenary event – dedicated to the 100th anniversary of IUPAC’s founding – including Ilham Kadri (Solvay), Martin Brudermüller (BASF SE) and Thierry Le Hénaff (Arkema).

As a preamble to the discussion, the moderator, well-known science journalist Paul de Brem, noted that humanity is now facing the greatest challenges in its history. Climate change, environmental pollution, an energy crisis, threats to biodiversity, the depletion of natural resources and the growth of the global population to nearly 10 billion people by 2050 cast doubt on the sustainability of modern society’s current development model. With this in mind, the panel of chemical industry leaders were asked to discuss the industry’s contribution to achieving the UN’s 17 Sustainable Development Goals (SDGs).

BASF SE’s Brudermüller spoke first, noting the important role of the SDGs in helping companies in the industry shift in the direction sustainable development in view of the problems they are facing: “The SDGs are a common denominator for all of us. They are a really great way to structure and prioritise what we do. The SDGs, in this respect, are also a very clear roadmap and guide for the chemical industry.” 

Developing this thought, Arkema’s Le Hénaff agreed that there was cause for concern about the future of the planet, but he urged optimism, saying that the industry had solutions to these challenges. “As an industry, as a scientific community and also as company, but with the engagement of society as well we can do a lot of things.” 

PhosAgro CEO Andrey Guryev illustrated this premise with specific examples of how his Company has helped achieve the SDGs. For example, as a supplier of essential crop nutrients to more than 100 countries, PhosAgro helps ensure global food security by challenging hunger (SDG No. 2). At the same time, PhosAgro’s environmentally friendly fertilizers do not harm the soil, which is especially important in view of the acute problem of soil degradation as a key obstacle to eliminating hunger – 52% of agricultural land suffers from moderate or severe degradation. Moreover, PhosAgro was the first Russian company selected by the UN’s Food and Agriculture Organization to implement a global soil protection initiative. 

As a producer of environmentally friendly fertilizers, PhosAgro contributes to the safety of cultivated food products for the health of consumers and, consequently, to ensuring healthy lifestyles and human well-being (SDG No. 3). The Company’s enterprises operate a zero-discharge production system, which means zero pollution of water resources (SDG No. 6); the system is aimed at maximising the use of by-products and the recycling of secondary raw materials (SDG No. 12). 

As a result of constant investments in R&D, expanding production using the best available technologies and increasing production efficiency (RUB 150 billion over the past five years) with annual investments of RUB 2.5 billion in the development of education, medicine, sports, youth and social policies in the regions where the Company operates, PhosAgro is creating decent working conditions and contributing to economic growth (SDG No. 8), sustainable urban development (SDG No. 11) and the availability of quality education (SDG No. 4). 

PhosAgro initiated and is implementing, along with UNESCO and IUPAC, the Green Chemistry for Life grant programme for young scientists in the field of chemistry, which encourages innovation (SDG No. 9) and contributes to building partnerships for sustainable development (SDG No. 17). Overall, PhosAgro contributes directly to the achievement of 10 of the UN’s 17 SDGs. 

“Our Development Strategy to 2025, which PhosAgro’s Board of Directors adopted in March, states that a commitment to the principles of sustainable development is a fundamental element of our business. These principles are more than just words for us; they are an integral part and the foundation of our ongoing operations. 

“Confirmation of this can be seen in the establishment of a PhosAgro Board of Directors Committee on Sustainable Development, which began work this year. It is headed by Irina Bokova, an independent member of the Board of Directors who previously held the post of Director-General of UNESCO and who has unique expertise in this area.
“The principles of sustainable development should be guiding principles not only for chemical companies; they should be universal guidelines for development in any industry. Every company should consider its activities through the prism of these principles and should put them at the centre of their medium- and long-term development strategies. We need to work together to achieve the SDGs now; in ten or even in five years, it will already be too late. This is our debt to the generations to come.

“The key to progress in achieving the majority of the SDGs is innovation. In celebrating IUPAC’s jubilee this year, I would like to offer my sincere congratulations to all those present: 100 years is an incredible number. At the same time, however, PhosAgro is celebrating another centenary: our research institute for fertilizers and agrochemicals, NIUIF, which is the same age as IUPAC, is the oldest and only specialised institute of its kind in Russia. Today, NIUIF is the core of research and innovation within PhosAgro Group. We also cooperate closely with the Russian Academy of Sciences on the innovative development of fertilizer production.”

At the end of the discussion, the participants considered the situation concerning the achievement of gender equality (SDG No. 5). The only female participant on the panel, Solvay’s Kadri, stressed that, in general, companies in the industry still had a long way to go to achieve gender equality and a genuinely inclusive working environment.

“You can read many, many studies out there, showing that diversity and inclusion for any company is good for the bottom line”, she said, adding that her example is still not a well-established practice. “We need to encourage girls, women and men to follow STEM curriculums to achieve a balance in the workplace.”

Guryev stressed that PhosAgro strives for gender equality in all aspects of the Company’s operations where it is possible. In addition to Bokova, Natalia Pashkevich, the first vice-rector of the St. Petersburg Mining University, is also a member of the Company’s Board of Directors. Throughout the Company, 33% of all employees are women, which is a high figure for the industry.

Following the event, the heads of industry-leading companies, as well as Nobel laureates – Professors Jean-Pierre Sauvage, Sir James Fraser Stoddart, Bernard Feringa and Jean-Marie Lehn – presented awards to prominent women scientists involved in chemistry. Guryev handed a commemorative token from IUPAC to Professor Susan Bourne from the University of Cape Town, South Africa.



Andrey Guryev, PDG de PhosAgro, participe à la grand-messe des leaders mondiaux de la chimie à Paris UICPA 2019

Paris - Andrey Guryev, PDG de PhosAgro et président de l'Association russe des producteurs d'engrais, a participé à une réunion des dirigeants mondiaux de la chimie organisée en marge du 47ème Congrès mondial de la chimie organisé par l'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA).

Outre Andrey Guryev, les dirigeants d'autres chefs de file du secteur ont également assisté à la séance plénière consacrée au 100e anniversaire de la fondation de l'UICPA, notamment Ilham Kadri (Solvay), Martin Brudermüller (BASF SE) et Thierry Le Hénaff (Arkema).

En guise de préambule à la discussion, Paul de Brem journaliste scientifique et modérateur de la session a rappelé les grands défis auxquels l'humanité est confrontée aujourd’hui. Les changements climatiques, la pollution environementale, la crise énergétique, les menaces pour la biodiversité, l'épuisement des ressources naturelles et l'augmentation de la population mondiale à près de 10 milliards de personnes d'ici 2050 – constats qui jettent le doute sur la durabilité du modèle de développement actuel de la société moderne. Gardant cela à l'esprit, il a été demandé au groupe de dirigeants de l'industrie chimique de discuter de leur contribution à la réalisation des 17 objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

M. Brudermüller de BASF SE a parlé en premier lieu, soulignant le rôle important des ODD pour aider les entreprises du secteur à changer de cap en matière de développement durable compte tenu des problèmes auxquels elles sont confrontées: «Les ODD sont un dénominateur commun pour nous tous. Ils constituent un très bon moyen de structurer et de hiérarchiser nos activités. À cet égard, les objectifs de développement durable constituent également une feuille de route et un guide très clairs pour l’industrie chimique. »

Développant cette idée, Thierry Le Hénaff d’Arkema a admis que l’avenir de la planète était une source de préoccupation, mais il a appelé à l’optimisme, affirmant que le secteur avait des solutions à ces problèmes. «En tant qu’industrie, en tant que communauté scientifique et en tant qu’entreprise, mais avec l’engagement de la société également, nous pouvons faire beaucoup de choses.»

Le PDG de PhosAgro, Andrey Guryev, a illustré ce principe avec des exemples spécifiques de la manière dont sa société a contribué à la réalisation des ODD. Par exemple, en tant que fournisseur d'éléments nutritifs essentiels aux cultures dans plus de 100 pays, PhosAgro contribue à assurer la sécurité alimentaire mondiale en luttant contre la faim (ODD n ° 2). Dans le même temps, les engrais écologiques de PhosAgro ne nuisent pas aux sols, ce qui est particulièrement important compte tenu du grave problème de la dégradation de ceux-ci, principal obstacle à l'élimination de la faim: 52% des terres agricoles souffrent d'une dégradation modérée ou grave. En outre, PhosAgro a été la première entreprise russe choisie par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture pour mettre en œuvre une initiative mondiale de protection des sols.

En tant que producteur d'engrais respectueux de l'environnement, PhosAgro contribue à la sécurité des produits alimentaires cultivés pour la santé des consommateurs et, par conséquent, à assurer des modes de vie sains et le bien-être humain (ODD n ° 3). L’entreprise utilise des systèmes de production sans rejet, n’impactant pas les ressources en eau (ODD n ° 6); le système vise à maximiser l'utilisation des sous-produits et le recyclage des matières premières secondaires (ODD n ° 12).

Conséquence d'investissements constants dans la R&D, développer la production en utilisant les meilleures technologies disponibles et accroître l'efficacité de la production (150 milliards RUB au cours des cinq dernières années), avec des investissements annuels de 2,5 milliards RUB dans les domaines de l'éducation, de la médecine, du sport, de la jeunesse et de la société, PhosAgro crée des conditions de travail décentes et contribue à la croissance économique (ODD n ° 8), au développement urbain durable (ODD n ° 11) et à la disponibilité d’une éducation de qualité (ODD n ° 4).

Enfin, PhosAgro a lancé en 2013, conjointement avec l'UNESCO et l'UICPA, le programme de subvention Green Chemistry for Life destiné aux jeunes scientifiques travaillant dans le domaine de la chimie, qui encourage l'innovation (ODD n ° 9) et contribue à l'établissement de partenariats pour le développement durable (ODD n ° 17). Globalement, PhosAgro contribue directement à la réalisation de 10 des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies.

«Notre stratégie de développement à l'horizon 2025, adoptée par le conseil d'administration de PhosAgro en mars dernier, stipule qu'un engagement en faveur des principes du développement durable est un élément fondamental de notre activité. Ces principes sont plus que des mots pour nous; ils font partie intégrante et la base de nos activités.

«La mise en place du comité du développement durable du conseil d'administration de PhosAgro, qui a commencé ses travaux cette année en est la concrétisation. Il est dirigé par Irina Bokova, membre indépendante du Conseil d'administration qui avait précédemment occupé le poste de Directeur général de l'UNESCO et qui possède une expertise unique dans ce domaine.

«Les principes du développement durable devraient être des principes directeurs non seulement pour les entreprises chimiques; elles devraient constituer des lignes directrices universelles pour le développement de toute industrie. Chaque entreprise doit considérer ses activités à travers le prisme de ces principes et les placer au centre de leurs stratégies de développement à moyen et long terme. Nous devons travailler ensemble pour atteindre les objectifs de développement durable maintenant car dans dix ou même dans cinq ans, il sera trop tard. C’est notre dette envers les générations à venir.

«L'innovation est la clé pour progresser vers la réalisation de la majorité des ODD. En célébrant les 100 ans de l'IUPAC cette année, j’aimerais adresser toutes mes félicitations à toutes celles et ceux qui y oeuvrent. PhosAgro célèbre aussi un autre centenaire, celui de notre institut de recherche sur les engrais et les produits agrochimiques, le NIUIF, unique institut spécialisé du genre en Russie. NIUIF est aujourd'hui au cœur de la recherche et de l'innovation du groupe PhosAgro. Nous coopérons aussi très étroitement avec l'Académie des sciences de Russie sur le développement innovant de la production d'engrais. »

À la fin de la discussion, les participants ont examiné la situation concernant l'égalité des sexes (ODD n ° 5). La seule femme à faire partie du groupe, Ilham Kadri de Solvay, a souligné qu'en général, les entreprises du secteur avaient encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre la parité et un environnement de travail réellement inclusif.

«De nombreuses études démontrent que la diversité et l'inclusion contribuent favorablement aux résultats», a-t-elle déclaré, ajoutant que son exemple n'était toujours pas une pratique bien établie. «Nous devons encourager les filles, les femmes et les hommes à suivre les programmes d’enseignement des STEM pour parvenir à un équilibre sur le lieu de travail.»

Andrey Guryev a souligné que PhosAgro aspirait à la parité dans tous les aspects des activités de l’entreprise lorsque cela était possible. Outre Irina Bokova, Natalia Pashkevich, première vice-rectrice de l'Université des mines de Saint-Pétersbourg, siège également au conseil d'administration de la société. Dans l'ensemble, 33% des employés sont des femmes, ce qui est un chiffre élevé pour le secteur.

A l’issue de l’événement, les chefs d’entreprises et les lauréats du prix Nobel de Chimie - les Professeurs Jean-Pierre Sauvage, Sir James Fraser Stoddart, Bernard Feringa et Jean-Marie Lehn - ont remis des Prix à d’éminentes scientifiques travaillant dans le domaine de la chimie. Andrey Guryev a remis quant à lui un jeton commémoratif de l'UICPA au Professeur Susan Bourne de l'Université du Cap, Afrique du Sud.

Information on cookies

This website is using cookies and other web-technologies to help provide you with the best browsing experience that would suit your preferences. Cookies also help us gather statistics that show how the website is being used and how it can be improved in terms of content and structure.
By continuing to browse www.phosagro.com,

you are agreeing to our use of cookies in accordance with the terms of the «Cookie Policy», including the transfer of information to third parties mentioned in the “Cookie Policy” (online statistical services).